Edito du hors-série

  • ADF-Hors série_CAHIER DE COUVERTURE_BD-1

    Une et quatrième de couverture « La main à la pâte »

    « Proprement humain »

    Personne ne passera pour un farfelu s’il explique que le monde d’aujourd’hui est celui de la mondialisation, de l’individualisme forcené, du libéralisme à tout crin, s’accordant si mal avec l’impératif écologique et les besoins de solidarité. De la même manière, les experts des médias peuvent raconter sans passer pour des zigotos que l’information répond désormais aux lois du clic, du buzz, du twitt, et autres mots barbares synonymes de rapidité et de retombées économiques. Le philosophe Paul Virilio estime ainsi que « nous atteignons les limites de l’instantanéité, la limite de la réflexion et du temps proprement humain ».

    Depuis dix ans, le journal L’âge de faire et ses lecteurs font perdurer une expérience assez unique : celle d’un mensuel sans publicité ni actionnaire, qui ne correspond en rien aux « modèles » économiques en vigueur et ne répond à aucun diktat médiatique. Nos reportages constituent un peu en ce sens notre marque de fabrique. Cela part souvent d’une bribe de conversation, d’une lecture hasardeuse, du coup de fil d’un lecteur… Un petit rien qui pique suffisamment notre curiosité pour nous inoculer l’irrésistible envie d’aller constater ce qu’il se passe, au fond d’une campagne, au cœur d’un quartier, en haut d’un alpage, sous les arbres d’une forêt. Alors, nous partons « voir sur place », un papier sous le bras, un crayon dans la poche, et avec le temps nécessaire pour rencontrer, discuter, et tenter de saisir la complexité d’une démarche.

    Rarement, un journaliste rentre de reportage en renonçant d’en rédiger un article. La plupart du temps, ces découvertes au coin de la rue sont comme de grands bols d’air : elles annihilent tout défaitisme, font disparaître la fatalité ambiante et ouvrent de nouveaux horizons. Nous rencontrons des hommes et des femmes qui nous expliquent leurs envies, leurs rêves, leur utopie, et comment ils s’y prennent pour, à leur échelle, faire évoluer le monde. C’est simple, c’est lent, c’est « proprement humain ». Et tellement jouissif de pouvoir se dire que nous allons pouvoir partager tous ces « petits riens » avec vous… Bonne lecture !

    Nicolas Bérard

    Afin de nous aider à choisir l’image de couverture de ce premier Hors-série de L’âge de faire, nous avions décidé de vous soumettre trois propositions différentes.

    C’est la couverture numéro 3 qui a été choisie. Merci de votre participation !

    102_24-1-ok 102_24-2-ok
    102_24-3-ok

     

    Partager cet article

Le temps et l’espace de raconter une expérience humaine

L’âge de faire est une petite équipe de sept personnes dont quatre journalistes. Nous travaillons aussi avec des journalistes indépendants. Les reportages de ce hors-série ont tous été publiés en page 1 du journal entre 2012 et 2015. En créant cette page de reportage, nous nous sommes donné le temps et l’espace, chaque mois, pour découvrir une expérience humaine qui nous interpelle, et la raconter aux lecteurs. Nos bureaux sont situés à Peipin, un village des Alpes-de-Haute-Provence, mais nous nous déplaçons un peu partout en France. Les reportages sont l’occasion de rencontrer nos lecteurs, qui sont pour nous une source intarissable d’idées et nous hébergent pendant nos déplacements : nous ne dormons jamais à l’hôtel !

Commander "la main à la pâte" : 21 reportages

Soutenez L’âge de faire : journal mensuel indépendant

Un abonnement à 20euros/an pour un mensuel sans publicités

Abonnez-vous

Visitez notre site internet

Site web du journal